ELECTRONIC ESSAYS
 
FICTIONS
Section under Construction
Thematics
 
Library
Kontakt

backAux Jardins d'Arlequin | Main | No Art for Chavs!forward

10 December 2012

No-Kölln! for you, Neuköl(l)n for me

'Silver Future', Weserstrasse, Neukölln

On savait bien ces derniers temps que la tension était à son comble entre autochtones de l'intensément gentrifié Reuter Kiez et les floppées de hipsters venus chaque week-end goûter de plus près au mythe de Sexy Berlin. Entre brûlot filmé (le très désagréable et prétendûment ironique 'Freies Neukoelln') et coups de sang bombés sur les murs de la Weserstrasse, la colère sourdait sur fond de hausse incontrôlée des loyers, de marées de dégueuli au petit matin et de déferlement soudain de poussettes deux places pour bébés souabes. Mais le climat a à ce point dégénéré, virant entre ostracisme (le terminalement cynique 'No entrance for Hipsters from the US' affiché à l'entrée d'un bar), aggressions physiques et attaques d'hôtels - une chose qu'on semble affectionner dans ce pays -, avec le Latte mit Sojamilch érigé en symbole du mal absolu, que la riposte devait s'organiser. Non pas une coalition de mamans indignées ou de clubbers espagnols fatigués de se faire agonir d'injures mais un groupe issu de la scène d'ultra-gauche berlinoise, Hipster Antifa Neukölln, pour qui, comble de la subversion, la prolifération de supermarchés bio, de cafés chichi et autres bars au trash étudié n'est en aucun cas l'ennemi à combattre - qui lui est ailleurs. La simple juxtaposition des concepts d'hipsterisme et d'activisme antifasciste a de quoi dérouter, tout comme leur prise de position en défense de populations muées par des motivations a priori bien plus consuméristes et hédonistes que politiques, à l'inverse de l'hostilité attendue de la Szene à l'égard de tout ce qui pourrait représenter une tentative d'emprise capitaliste - certains restos végétariens brièvement ouverts à Kreuzberg dans sa période épique en savent quelque chose, tout comme, plus près de nous, le fantômatique Guggenheim Lab qui s'en est allé faire son cinéma ailleurs après de sérieuses menaces d'assaut organisé.

La création d'Hipster Antifa ce printemps eut un retentissement rapide, non seulement du fait que le groupe prenait le contre-pied des positions traditionnelles du milieu anti-fasciste local et de l'humeur prévalente à Kreuzkölln, où dans un développement inquiétant le Touri-Bashing a fini par infiltrer le mainstream, mais aussi par la qualité de son intervention dans le débat public sur le concept usé jusqu'à la corde de Gentrifizierung. Parce que tabasser deux ou trois maigrelets à grosses lunettes en route pour Berghain ne règle rien, mais qu'organiser des discussions sur la condition nomade postmoderne, la dislocation selon Adorno et les utopies urbaines d'inspiration marxiste, si. Une autre micro-organisation, elle aussi issue des milieux autonomes, AZE (Andere Zustände ermöglichen) s'élève de même contre cette désignation de bouc émissaires aux relents xénophobes d'autant plus surréalistes qu'elle émane d'une scène ultra-politisée par nature opposée à toute forme de discrimination - idée discutable quand on sait que les problématiques les plus pointues en matière de sexualité et de genre n'y font pas forcément recette en dehors des cercles féministes-queer directement concernés. Bref... Tous attirent donc l'attention sur les causes structurelles d'un phénomène urbain pourtant depuis longtemps examiné à la loupe - les logiques commodificatrices intrinsèques au capitalisme marchand, l'obsession du tout marketing allié à des stratégies de social engineering, les manquements des politiques publiques à l'égard des communautés d'origine, égratignant au passage une certaine forme de romantisme mal placé idéalisant un Kiez perçu comme authentique (un peu comme on a pu nous bassiner avec le vieux Paris qu'on assassine), Heimat en péril que des hordes de hipsters (nécessairement non-allemands)/Touris/Souabes pleins aux as viendraient dénaturer par le fric ou le vomi en cascades. Et cette pureté fantasmée ne repose-t-elle pas elle-même sur tout un système de valeurs supposées a-historiques que l'on oppose à un présent trouble où les vieilles identités vacillent - un passé où l'on était entre soi, savait qui était qui et qui n'avait encore rien de si queer? C'est aussi oublier un peu vite l'omniprésence (invisible à beaucoup) de la pauvreté et des discriminations raciales, a fortiori à Neukölln, qui seraient comme auréolées des vertus de l''authenticité'. La misère sociale aurait-elle donc ce je-ne-sais-quoi d'irrésistible qu'il faudrait à tout prix préserver?

Mais AZE met le doigt sur quelque chose de bien plus fondamental encore: la figure du Touri, ou du hipster - dont on peut déjà se demander ce qu'elle contient vraiment [1] -, accablée du fléau de la gentrification et accusée de compromettre par sa présence une intégrité préexistante, est une construction discursive parée de toute la transparence de la réalité objective. Le même processus est évidemment à l'œuvre dans la construction des catégories raciales, sexuelles et de genre, et leur assignation exclusive à certaines caractéristiques essentialisées et (évidemment) dévalorisantes [2]. Cela justifierait donc les nombreuses manifestations d'hostilité voire des atteintes physiques graves à l'encontre de corps considérés comme étrange(r)s et réduits à une essence immuable: simplement Touri et nécessairement rien d'autre. Et l'on peut dire qu'on s'en est donné à cœur joie dans cette ville-monde si fière de sa tradition radicale: du slogan incroyablement crétin des Verts, 'Hilfe, die Touris kommen!' aux gadgets merdiques destinés à bien faire passer le message, t-shirts ou autres stickers proclamant 'Du bist kein Berliner' - l'illégitimation dans toute sa force, définitive et glaçante -, ou le nettement plus affolant 'Touristen Fisten', immanquablement berlinois s'il en est. Ce système de hiérarchisation/assignation à l'infini engendre, comme dans tout système discriminatoire, des absurdités en chaîne, qui seraient tragi-comiques si elles ne relevaient de fondements structurels qu'on aurait tort de croire confinés au passé (ou dans quelque ailleurs exotique). Ainsi, selon AZE, la catégorie 'Dauertourist*in' se distingue du Touri de base en ce que l'intéressé*e vit depuis un certain temps à Berlin, mais... mais quoi au juste? Qui ici s'octroie le privilège de décider ou contester la pleine citoyenneté, de reconnaître l'appartenance à la communauté, le droit au lieu?

Les activistes de Hipster Antifa Neukölln et AZE scrutent ainsi les rues du Kiez, tels des micro-géographes attentifs à toute variation dans la tension saturant l'air, à l'affût de signes infimes marquant les façades comme autant de relégations et de pétrifications dans des identités proscrites. Une inscription relevée un jour révèle toute la gravité du problème dans une compression vertigineuse: 'Gays, Nazis & Hipsters fuck off'. En l'absence d'informations sur la positionnalité de l'auteur*e, on ne peut qu'essayer d'en imaginer les motivations profondes. Mais la collision de réalités aussi différentes (quoique mutuellement non exclusives - hélas) dans l'équivalence d'un même slogan en dit long sur la complexité des enjeux de pouvoir et des amalgames qu'ils induisent. Certes, ça fait bien longtemps que Richard Florida [3] a établi, même si de manière à mon goût un peu simpliste, une relation étroite entre gays et gentrification - au point de donner naissance au concept de 'gaytrification' [4] -, et peut-être est-ce l'idée que les gays sont tous pétés de thunes, rafflent tous les beaux appartements qu'ils décorent avec ce goût exquis qu'on leur connaît, ce qui en retour ferait exploser les prix de l'immobilier, qui a conduit au graffito haineux. Peut-être est-ce même la faute des hipsters qui, avec leur bloudjinnzes moulants et petites bottines, font un peu... faut bien le dire. À moins que dans une ultime confusion 'gay' ne serve (improprement) de terme générique pour qualifier les lieux d'activisme queer dont Neukölln regorge, auquel cas il est évident qu'ont encore cours des méthodes de stigmatisation et de désignation d'un radical other qui n'ont rien à envier à celles qu'elles prétendent combattre, une hiérarchisation/exclusivité des résistances qu'on pensait dépassée, Weltanschauung réactionnaire et ultranormée que quelques voix sécessionnistes sont bien déterminées à renverser.

LUXUS STATT ARMUT - ANTIFA HEISST FORTSCHRITT - SMASH HEIMATSCHUTZ!

 

fast forward Hipster Antifa Neukölln a récemment organisé deux discussions sur ces thématiques. La première, "Unbekannt Verzogen. Über linken 'Touristenhass' und die Unmöglichkeit des Wohnens" par Magnus Klaue, est consultable ici.

 

[1] Une bibliographie considérable est consacrée au hispster, et même à sa mort supposée. Sur ses antécédents historiques et son indissociabilité du capitalisme tardif: Jake Kinzey, The Sacred and the Profane: an Investigation of Hipsters (Winchester, Washington: Zero Books, 2012). Là aussi l'obsession d'une authenticité inaltérée par le mainstream est centrale: "The importance placed on a certain space and time, or what could be called 'the scene', and its connection to 'authenticity', clearly resonates among hipsters. Consumer goods, neighborhoods, styles, etc. are fetishized in the cult of 'authenticity'.", 43.

[2] Pierre Tevanian, La Mécanique raciste (Paris: Éditions Dilecta, 2008).

[3] Richard Florida, The Rise of the creative Class revisited (New York: Basic Books, 2012).

[4] Colin Giraud, Sociologie de la gaytrification. Identités homosexuelles et processus de gentrification à Paris et Montréal. Thèse de doctorat de Sociologie et d’Anthropologie, Université Lumière Lyon 2, 2010.

Comments

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been saved. Comments are moderated and will not appear until approved by the author. Post another comment.

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, please enter the letters and numbers you see in the image below.
This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Comments are moderated, and will not appear until the author has approved them.